Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 04:00

             
Les métiers de la rue
             
            Parmi les personnages suivant, pouvez-vous identifier le cordonnier, le couturier, l'orfèvre, l'esthéticienne, la maquilleuse, le masque facial, le cuisinier, tabagiste et journeaux, vendeuse de billet de loterie, le nettoyeur de bijoux et la vendeuse de fruit devant Simone.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 09:14

             

Aire de Restauration (food court en anglais)

              

15 novembre 2009, Bangkok

 

15 novembre 2009, Bangkok-001

              Première étape, on se procure une carte électronique. La carte est prépayé, on y met le montant que l'on veut.

              Deuxième étape, on choisit et y ajoute les condiment choisit.

               Troisième étape, on paie avec la carte. Le coût est affiché, de même que la balance.

              Après le repas, on peur se faire rembourser la portiion non utilisé de la carte.

              De cette façon, les cuisiniers ne maniplulent pas des billets.

 

 

15 novembre 2009, Bangkok-002

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 09:01

             
Le code vestimentaire
          

             Les thaïs sont en général très soignés de leur personne et une tenue décente et pudique est un signe de respect. Les vêtements sales et des tenues délabrées ou osées sont une insulte.La condition de touriste n'est pas à leurs yeux une excuse à la saleté ou au laisser-aller vestimentaire.

              Il est d'ailleurs toujours étonnant de voir sortir de maisons de bois qui semblent misérables, en bordure des klongs de Bangkok, des personnes très bien vêtues de chemise blanche immaculée, qui partent au travail. Les écoliers portent fièrement l'uniforme. Ici, un homme en short est un touriste. Il est facile de déterminer qui est touriste et qui est Thaï.

             Il faut impérativement se déchausser avant de pénétrer dans un temple. Il en est de même avant de pénétrer dans une habitation. Le tas de chaussures et sandales à l'entrée vous le rappellera, vous interdisant tout oubli : ne pas respecter cette tradition est très choquant pour un Thaï. C'est une question de tradition et d'hygiène. 

             Le visiteur qui pénètre dans un édifice religieux doit porter une tenue correcte : chemise ou corsage, robe ou pantalon long. Rien qui puisse être considéré comme choquant (mini jupe, bermuda, short, débardeur...). Certains temples obligent gentiment ses visiteurs jugés indécents à revêtir un sarong prêté à l'entrée du monument. Acceptez cette coutume sans signe d'agacement sera tout à votre honneur. 

             L'idéal est de s'habiller en prévision des sorties projetées. Moi, j'aurais en horreur de me voir affublé d'une jupe comme ce pauvre touriste même si ils appellent cette chose un sarong. Ce type ne semble pas apprécier que je le prenne en photo bien qu'il ait décidé de se faire photographier devant le fameux Ananta Samakhorn Throne Hall à coté d'un militaire endimanché.

            Personellement, je serais embarrassé et à tout pour le moins, je déclinerais l'opportunité d'immortaliser ce faux pas vestimentaire. Je crois détecter une petite gène derrière son regard meurtri. De toute évidence, le militaire a de la difficulté à garder son sérieux. Et je crois même que les éléphants ont détourné la tête en direction opposé par pudeur. Ici, en Thaïlande, on peut toujours compter sur les éléphants pour montrer de la modestie et de la retenue.

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 09:17

           
Jour de repos
           
             Aujourd'hui, jour de repos. Et pis ça adonne bien, car c'est aussi jour de pluie. Jour de pluie torrentielle comme le prouve cette photo. On nous dit que c'est comme ça tous les jours pendant la saison des moussons qui dure cinq mois, de juin à octobre. C'est comme ça tous les jours mais la pluie ne dure que une ou deux heures, le ciel s'éclaircit aussitôt, nous dit-on.


            Mais, pour aujourd'hui, on peut quand même prendre le café au rez de chaussé de l'immeuble car il y a quelques restaurants à l'abri et regarder le spectacle bien au sec. Et ça n'a pas duré, en fin d'après midi, la chaussé était redevenue sèche.

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 11:15

            
Le chinatown de Bangkok

             
            Vous ne pouvez pas vous tromper, les couleurs rouges et or dominent, enseignes en idéogrammes, lanternes en papier huilé et pagaille extraordinaire (à Bangkok, c'est un euphémisme) d'une multitude de magasins vendant côte à côte, pièces détachées de voiture et vêtements en soie, alimentations en gros et quincaillerie, crapauds séchés et bijoux en or. Le rue principale, Yaowarat est la rue des bijoutiers. Sont exposées à la vente des montagnes d'or impressionnantes, colliers, bracelets, bagues, pendentifs. Mais, c'est le meilleur endroit pour y faire ses courses, les prix sont les plus bas de Bangkok et les commerçants Chinois aiment marchander. Discuter le prix d'un objet est de bon aloi, s'abstenir ne sera pas à votre avantage.

            Les vendeurs de rue de nourriture sont partout, ils y en a plusieurs centaines. Des douzaines et des douzaines de ruelles étroites qui regorgent de marchands. C'est un labyrinthe interminables. Nous, on a foncé, on est allé un peu partout, au hasard .On s'est perdu très tôt, ce qui ne nous a pas arrêté et en fin de journée, lorsque la fatigue nous a finalement ralenti un peu, un taxi nous a ramené à la maison. Perdu, nous, ben oui pis après.

       
             C'est le plus vieux quartier de Bangkok et certaines communautés chinoises y sont installées depuis plus de deux siècles
. Ils ne parlent plus mandarin depuis longtemps, ils sont Thaïlandais.

 

           Visite incontournable, le temple Wat Tra Mit. Autant le temple en lui-même n’a rien de transcendant, autant son contenu vaut le coup d’œil. Le Wat Tra Mit cache un véritable trésor : un bouddha en or massif, de 3 m de haut, pour un poids total de 5 tonnes. En or massif. 

        Pour les amateurs de légumes, a lieu aux mois de septembre et octobre, la fête Végétarienne célébrée par les Chinois, le quartier connaît alors une orgie de cuisine végétarienne Thaïlandaise et Chinoise. Les restaurants servent les mets les plus recherchés par les gastronomes chinois : ailerons de requins et nids d’hirondelles se trouvent ici à profusion.

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 08:45

               

Chinatown

              

13 novembre 2009, Chinatown Bangkok-002

 

13 novembre 2009, Chinatown Bangkok-001

 

13 novembre 2009, Chinatown Bangkok

 

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 09:58

                  
La ballade des klongs
              

              Aujourd'hui, on part en vadrouille. ça va être une grosse journé itou car le mercure va grimper haut (il va faire chaud). On prend le forfait d'exploration des klongs. Les klongs, ce sont les innombrables canaux qui sillonnent la ville. Imaginez Montréal ou Sarnia ou le patelin où vous vivez, plat comme une planche à repasser. Puis mettez y une cinquantaine de canaux comme le canal Lachine où le canal Rideau bordé de maisons, de commerces et d'attractions comme si les canaux sont la seule voie de transport qui existe. Certain canaux ont plus de 70 km de long. Un monde à part centré sur lui-même, ces voies d'eau de Bangkok qui peuvent être un lieu de résidence, d'artère de circulation, de piscine, de terrain de jeux sont malheureusement le dépotoir des déchets produits par 6 millions d'habitants, même si ces klongs sont très poissonneux.  

              N'espérez pas toutefois faire du 5 noeuds. Ici en extrême orient, tout engin motorisé est poussé à la limite et ces embarcations ont de gros engins. Ici on roule à la planche. Du cinquante km à l'heure, pas moins, sauf lorsque l'on croise un autre embarcation, ce qui aurait un effet désastreux. On nomme ces embarcations, des bateaux longues queue, allez savoir pourquoi! Au programme, on nous offre de visiter une ferme de serpent, une ferme de poisons, un marché flottant, le Wat Arun et le musée des barques royales.

              Fait cocasse, lors de la négociation pour la randonné, j'ai obtenu un prix ridicule grâce à un petit subterfuge. Lorsque l'on se dirige vers le quai, il y a plusieurs kiosques ou différents point de vente pour ces excursions, et je sais bien que le premier est en règle générale le plus dispendieux et le plus dur à négocier. C'est pourquoi je me dirige près de la berge pour trouver le point de vente le plus près de l'embarcadère. Je m'arrête à l'avant dernier et tente de

négocier un prix raisonnable (mes recherches m'indique que 1,500 bath ($50 can) pour deux heures est une bonne affaire). Mais on refuse, on veut ce prix par personne. Il n'y a rien à faire alors je me retire un peu. 

              Un petit groupe de touriste américain s'amène et débute une négociation avec la même vendeuse dont l'anglais est rudimentaire. Après un moment de discussion, ils semblent déçus par le résultat de leur démarche. Je les aborde et leur suggère alors d'essayer le dernier point de vente qui je crois est moins dispendieux. Lorsqu'ils s'éloignent, la vendeuse est furieuse de voir ses clients potentiels s'éloigner. Elle me regarde d'un air inquisiteur, elle ne m'aime pas, je le sens. Un autre groupe de touriste s'approche et elle ne veut pas que je leur parle alors elle me donne le prix que je demande et m'escorte jusqu'à l'embarcadère pour se débarrasser de moi. Dieu que je rigole intérieurement. j'adore ce pays.

                Voici la ferme de serpents. Spectacle assez épatant. Je dois dire que je suis impressionné. Mais moi, vous me connaissez, je suis effronté. Je fais signe à ce type de donner un baiser à ce reptile tout en gardant les deux bras éloigné. Il rigole évidement, il attrape ce cobra royale et il m'offre à moi de lui donner un baiser. Je rigole évidement. Pas de baiser pour ce serpent. Dieu que l'on s'amuse ici. Nous rigolons tous comme des bossus. Mais toutes bonnes choses ont une fin alors, en route vers de nouvelles aventures.

             Voici le marché flottant. Le premier est pour notre conducteur qui a une fringale et désire casser la croûte. Remarquez que le vendeur de nourriture fait la cuisson grâce à une bonbonne de propane et un réchaud grand format. Et oui, il fait la popote dans sa minuscule embarcation et vous la sert à bord de votre esquif. Il sert la même nourriture que l'on trouve un peu partout dans les rues de cette ville. 

              Le deuxième est pour nous, les touristes, on nous offre des babioles, les mêmes que l'on

trouve un peu partout dans les rues de cette ville. Certain d'entre vous on exprimé des doutes sur la température torride qui règne ici. Et bien, observez bien cette photo. Ne vous semble t-il pas que deux des quatre vendeurs observent la scène bien installés à l'ombre, sous le balcon de cette demeure. Bon, comme marché, c'est pas énorme. Semblerait que dans le passé, il y avait des centaines de vendeurs flottants. Maintenant, il n'en reste que quelques uns pour le bénéfice des touristes. 

Voici Wat Arun

 

 

              Moi, vous me connaissez, j'aime bien rigoler et quelques fois je suis effronté. Mais parfois, je suis stupide. Oui oui, ne riez pas, ça arrive. Alors je décide de monter les marches qui mènent au sommet de ce temple magnifique. Ça parait pas, mais c'est très haut. Ce qui fait que arrivé au sommet de mon imbécillité, je suis en sueur. On dirait que je sort de la douche tout habillé. Alors, je prend mon air con et je me dit que le plus difficile est fait, je n'ai plus qu'à descendre, ce qui devrait être facile. Et bien non, remarquez combien ces marches sont à pic. Voila pourquoi il y a deux rampes tout le long de ce trajet. Pas pour monter, non, c'est pour descendre. 

              Ce qui fait que ma ballade de deux heures est terminé et que nous ne verrons pas les barges royales. De toute façon, c'est assez pour aujourd'hui. En route pour la douche et la climatisation.

 

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 13:32

            
La soupe aux aillerons de requins

              

            Aujourd'hui,  jour de repos. On vadrouille un jour sur deux et on réserve le deuxième jour pour se reposer.

            Ça ne veut pas dire que l'on ne sort pas de l'appartement, seulement que l'on reste dans notre quartier. Les jours de vadrouille sont épuisants, généralement on décolle tôt et revient tard. On se rend aux attractions principales qui sont généralement a l'autre bout de la ville avec taxi ou train aérien.

          Hier lors de l'excursion à Pantip Plaza, j'ai remarqué le restaurant d'ailerons de requins. Un peu chic, le menu est affiché à la porte et je remarque que les prix sont presque abordable. Alors on y va. Le ''Tae Chew Shark Fins Restaurant''.

            Les ailerons de requins sont tranchés mince et servi dans un riche bouillon contenant des champignons. On y ajoute des fèves germé et du coriandre. Goût très prononcé, délicieux. Très nourrissant et satisfaisant.

 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 07:33

                
Pantip Plaza
             
            Petit problème avec un de nos ordinateurs, on doit changer l'écran. Le pauvre petit est tombé par terre et seulement la moitié de l'écran fonctionne. À notre immeuble, on nous dit '' pas de problème, allez à Pantip Plaza. Meilleurs prix, meilleurs services.''
             Pantip Plaza est le plus grand supermarché de Bangkok pour ordinateur, téléviseur, logiciels et appareil photo avec 320 magasins distribué sur 6 étages. Rien de tel existe en Amérique ou en Europe. Chez nous, il faut souvent voyager d'un point à l'autre dépendant de vos besoin en électronique. Ici, oh que non, un seul endroit suffit.
            Et on y trouve les meilleurs prix et les meilleurs services. Côté réparation, on me change l'écran pour un neuf en une heure, on me demande cent dollars et on inclue une garantie du manufacturier. Côté accessoires, les mêmes articles qu'en Amérique se vendent souvent à rabais ici. Très peu de vendeurs parlent anglais, mais si on trouve un interprète, on est en business. Moi, j'ai trouvé un marchand qui a reconnu de visu mon problème lorsque j'ai ouvert le portable, il a poinçonné 3,500 bath sur sa calculatrice. Puis il a indiqué l'horloge et m'a indiqué 60 minutes. Devant mon air incrédule, il sort un certificat de garantie du manufacturier et me montre la pièce neuve dans son emballage d'origine.
             Moi, je sais pertinemment qu'il y a en Thaïlande deux type de police. La police régulière et la police touristique. La police touristique, qui porte le béret, parle anglais et a été créé pour intervenir en cas d'abus. J'en ai eut la preuve lorsque qu'un chauffeur de taxi qui me demanda 200 bath pour une course (sans compteur que j'ai accepté) et me dit qu'il n'avait que cent bath de monnaie lorsque je lui présentait un billet de 500 bath et que je devrait lui laisser la totalité de mon billet. Je sortit du taxi en faisant le signe du policier en béret. Il est immédiatement sortit de son véhicule et courut après moi pour me remettre les 300 baths qu'il me devait. Ici, on n'abuse pas le touriste. Alors, je me retiens, je ne veux pas insulter mon mécano électronicien. Je prend son sourire en photo lorsqu'il tient entre ses mains l'ordinateur de ma bien aimé avec cette moitié d'écran qui ne fonctionne pas. Je lui fait confiance.
            Le plus rigolo est que le Pantip Plaza est en le centre de logiciels pirates. Il est fameux pour les copies illégales. Il y a des douzaines de vendeurs qui offrent la gamme complète de pratiquement tous les logiciels qu'on trouve sur le marché, même les plus récents. Le système d'opération de Microsoft, Windows XP, était en vente ici quelques semaines avant qu'il ne devienne disponible au U.S.A. Tout les derniers films d'Hollywood sont offert de même que des collections de musique en format MP3 sur CD. On trouve 12 albums sur chaque CD pour 2 à 3 dollars.
            Cette place est très populaire, surtout les fins de semaines lorsque les foules se pressent pour acheter les dernières productions cinématographiques mondiales ou les derniers tubes musicaux.
            Sous pressions des U.S.A., le gouvernement Thaï intervient mais sans effets. Les vendeurs gardent alors leurs camelotes dans un autre immeuble de la même rue et l'article est livrés sur place lorsque quelqu'un fait un achat. Toutes ces enveloppes sont vides et ne sert qu'à attirer le clients et lui offrir la sélection.
            Par un drôle de hasard, aujourd'hui je porte un faux chandail Polo que j'ai acheté à Hongkong pour quelques dollars alors je me sens à l'aise au royaume du faux.

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 12:57

             

Yaksha de Ramakien

            

              Yaksha est le nom d’une grande classe d’esprits de la nature, habituellement bienveillants, qui sont les gardiens 09-novembre-2009-Grand-Palais-002.JPGdes trésors naturels cachés sous la terre et les racines des arbres.

              Ces représentations sont communément placées par paires de part et d'autre du jambage des portes, mais de plus petites structures ne sont pourvues que d'un seul dvarapala, d'autres plus importantes en comptant jusqu'à douze, toujours positionnés par paires.

 

09-novembre-2009-Grand-Palais.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

09-novembre-2009-Le-grand-palais-a-Bangkok-001.JPG 

Publié par Guy Boilard - dans Asie
commenter cet article

Rechercher

La Mission du Blog

                

Mission du blog

              

             La mission du blog est d’informer notre famille et nos amis de nos mouvements et de les rassurer au sujet de notre santé.

 

             Où nous sommes maintenant, où nous serons demain, où nous pensons être la semaine prochaine et nos projets pour le mois suivant. Quand serons nous de retour ? ( date et location).

 

              Ce que nous faisons aujourd’hui et ce que nous ferons demain. Tous les détails pertinents de notre location et de nos activités.

 

              Mais avec le temps, la mission se métamorphose. Ce blog devient une illustration de notre retraite, un scrapbook (voir Wikipedia) de nos voyages pour mes vieux jours. Ainsi, je pourrais revivre ces aventures en tout comfort.